Négociation immobilière : 6 conseils immobiliers à connaître

Négocier un bien immobilier est une affaire sérieuse. Mais vos chances d’obtenir la meilleure affaire possible augmentent considérablement lorsque vous vous armez de connaissances en négociation immobilière et de tactiques solides.
Vous avez donc trouvé “la bonne”. Ce bien immobilier qui coche toutes les cases et conditions. Vous pouvez vous imaginer en train de préparer votre première tasse de café dans la cuisine.

Malheureusement, il en va de même pour quelques autres acheteurs de maison. Il est toujours important de perfectionner vos talents de négociateur immobilier si vous voulez obtenir un avantage, que vous achetiez par entente directe ou aux enchères. Voici donc six conseils de négociation immobilière qui vous aideront à battre la concurrence.

Soyez prêt pour votre négociation immobilière

La chose la plus importante que vous puissiez faire pour être un négociateur immobilier confiant est d’avoir toutes vos finances en ordre. Avant d’entamer la négociation, déterminez clairement le montant que vous pouvez vous permettre et parlez à votre banque ou à votre courtier en prêts hypothécaires pour obtenir une autorisation préalable – vous devriez le faire avant même de commencer à chercher, sans parler de négocier.

Faire des recherches sur le marché de l’immobilier et sur les biens que vous aimez

Une négociation immobilière confiante vient de la connaissance. Vous devez comprendre la valeur réelle de la propriété et ce qui motive les autres parties également impliquées dans la négociation.

Commencez par établir une relation positive avec l’agent immobilier, et interrogez-le sur les exigences du vendeur. Pourquoi vendent-ils ? Ont-ils déjà acheté ailleurs ? Cherchent-ils à obtenir un règlement rapide ? Y a-t-il un type d’acheteur particulier qu’ils préféreraient voir dans leur maison ? Essayez de vous faire une idée de leurs attentes en matière de prix, mais sachez qu’il arrive que les prix soient inférieurs aux attentes. Surtout sur les marchés immobiliers qui évoluent rapidement.

Assurez-vous que cette transparence ne va que dans un sens. Ne laissez pas le vendeur ou son agent connaître votre véritable prix maximum, sinon vous risquez de vous trouver poussé au-delà de votre zone de confort.

Faites aux vendeurs une offre qu’ils ne peuvent pas refuser

Les ventes aux enchères immobilières visent à ce que le vendeur essaie d’obtenir le meilleur prix de son bien immobilier. En tant qu’acheteur, vous souhaitez idéalement acheter sans aller aux enchères, alors utilisez vos connaissances sur la motivation du vendeur pour obtenir un avantage. Certains vendeurs peuvent craindre que leur propriété n’attire pas les bons enchérisseurs le jour même. D’autres peuvent être désireux de vendre rapidement parce qu’ils se sont déjà engagés à acheter leur prochaine maison. D’autres encore peuvent vouloir vendre à quelqu’un qui va garder la maison, plutôt que de la démolir.

Assurez-vous d’abord que vos finances sont approuvées au préalable, que vous avez effectué vos inspections des bâtiments et des parasites et que votre notaire a vérifié les conditions de la vente.

Appelez l’agent immobilier, ou entrez dans son bureau avec un chèque à l’ordre du montant de l’acompte pour le prix que vous proposez. L’agent devra appeler le vendeur : c’est une offre sérieuse. Si le vendeur refuse votre offre initiale, augmentez progressivement le prix, mais ne dépassez jamais votre limite. C’est un point clé de la négociation immobilière.

Si le bien doit être mis aux enchères, faites une offre qui expire à 23 heures la veille. Vous pouvez proposer de renoncer à la période de réflexion pour rendre l’offre encore plus intéressante. Il est difficile pour les agents immobiliers d’attirer des contre-offres, et s’il s’agit d’une offre décente, le vendeur peut très bien l’accepter, plutôt que de la risquer aux enchères

Soyez confiant lors d’une vente aux enchères de biens immobiliers

Si vous n’avez pas réussi à obtenir le bien immobilier avant la vente aux enchères, mais que c’est celui que vous voulez sérieusement acquérir, alors il est mis aux enchères. Tout d’abord, ne laissez pas cette vente aux enchères être votre première expérience. Pour une bonne négociation immobilière, il faut assister à quatre ou cinq ventes aux enchères pour avoir une idée de ce qui vous attend le jour même. Assurez-vous que vos finances, vos conseils juridiques et vos inspections sont également en ordre.

Mais ce n’est pas le moment pour votre cœur de diriger votre tête. Vous connaissez vos limites. Tenez-vous-en à vos limites. Si vous n’avez pas confiance en vous, demandez à un ami ou à un membre de votre famille de faire une offre pour vous.

Lors de la négociation immobilière soyez prêt à renoncer à certaines choses

La négociation immobilière est une affaire de concessions mutuelles. Et il y a certaines choses qu’il peut être facile de donner – afin d’obtenir le prix que vous voulez. Par exemple, vous pouvez négocier la durée du règlement, le montant de la caution que vous verserez, les conditions applicables aux locataires existants ou aux biens vacants, ainsi que les aménagements ou les inclusions que vous souhaitez ou non. Tous ces éléments peuvent faire l’objet de discussions – utilisez-les à votre avantage si vous le pouvez.

Si vous achetez aux enchères, vous devez confirmer ces détails à l’avance. Si vous achetez de gré à gré, le délai de réflexion doit également être négocié. Et tant que vous êtes confiant dans l’achat, la réduction ou la suppression de ce délai peut être une puissante motivation pour les vendeurs à voir les choses à votre manière.

Enlever ses émotions lors de la négociation immobilière

Lors de l’achat d’un bien immobilier, il est essentiel de ne pas perdre de vue votre attachement émotionnel à la maison. Vous devez pouvoir vous retirer d’une vente si le prix dépasse votre limite – qu’il s’agisse d’une vente aux enchères ou d’un accord privé. Parfois, les vendeurs ont un chiffre fixe en tête et ne veulent pas bouger, et c’est normal – si ce n’est pas le cas, il y aura une autre maison qui vous conviendra mieux.

Si vous pouvez rester raisonnablement détaché pendant les négociations, et faire comme si la vente ne signifiait pas grand-chose pour vous, vous avez aussi plus de chances de garder le contrôle.

Et si vous achetez avec votre partenaire et que vous n’êtes pas d’accord sur la décision de propriété, arrêtez. C’est l’une des plus grandes décisions que vous prendrez ensemble, et vous devez tous deux être propriétaires du résultat final de votre négociation. Ce peut être une période stressante, alors demandez conseil à un ami de confiance ou à un agent immobilier si vous en avez besoin.

Si votre offre est acceptée, vous devrez verser immédiatement un dépôt de garantie, qui représente généralement 10 % du prix d’achat. Vous signerez ensuite une note de contrat et commencerez le processus de cession.

Vous pourrez alors célébrer une négociation réussie et commencer à planifier votre vie dans votre nouvelle maison.

Négociation immobilière : les points clés à retenir

  • Avant de commencer à chercher une propriété, faites pré-approuver votre financement.
  • Renseignez-vous sur les raisons pour lesquelles le vendeur vend. Quelle est sa motivation ?
  • Renseignez-vous sur le prix qu’il accepterait.
  • Ne révélez jamais votre main à l’agent immobilier.
  • Si la propriété est mise aux enchères, faites une bonne offre la veille.
  • Connaissez votre limite de prix aux enchères – mais faites d’abord une offre décente.
  • Sachez ce que vous voulez comme agencements et ce que vous pouvez offrir en retour.
  • Restez détaché sur le plan émotionnel – il existe de nombreuses autres propriétés.
  • Soyez prêt à vous retirer.